LYON : les associations refusent la privatisation

, par  Andrée Bazoge

Les intentions des acquéreurs potentiel de Toulouse font craindre le pire aux riverains des autres aéroports candidats forcés à la privatisation : un développement sans limite et sans respect de leur droit à vivre dans un environnement respectueux de leur santé et de leur bien être.

A Toulouse, les habitants sont descendus dans la rue et ont organisé des réunions publiques qui ont rencontré un grand succès, à Nice, à l’issue du référendum local les habitants refusent la privatisation à 97%, à Lyon, la mobilisation doit être aussi importante !

L’association PUSIGNAN C.R.I.E. s’inquiète :

Depuis quelques semaines, il est question de « PRIVATISATION de l’aéroport ». Pour être plus précis, il s’agit de la vente de 49, 9% des parts des sociétés de gestion des aéroports sur les 60 % que l’Etat détient.

Depuis la promesse d’une possible cession des parts (Monsieur MACRON n’a pas encore signé la vente) de la plate-forme aéroportuaire de Toulouse, l’inquiétude a grandi. Cette promesse de vente a été faite en catimini avec des chinois. Cette démarche est l’objet de deux recours en justice.

Inquiétude qui n’a fait que croître après l’annonce le 12 février 2015, de l’adoption de l’article 49 de la loi MACRON sur la privatisation des aéroports de Nice et de Lyon
L’aéroport lyonnais, de par sa position géographique est un aéroport régional, car trop proche de Genève.

Certains élus de notre région comme Mrs Collomb et Queyranne réclament une ouverture de nouvelles lignes et développent l’idée d’une infrastructure internationale. Qu’elles en seront les conséquences ?

De nombreux articles courent sur ce sujet . Nous lisons par exemple « pour les décideurs économiques il n’est pas question de se contenter d’un simple changement d’actionnaires ». Mais on peut se poser la question : quel est le rôle, l’utilisation d’un aéroport ? Est-ce une entreprise qui doit enrichir ses actionnaires ou un outil au service du développement économique et du citoyen ? L’avion est particulièrement polluant , alors faut-il développer sans tenir compte de ceux qui subissent les bruits et la pollution atmosphérique. De très nombreuses études au niveau mondial ont montré que la santé des riverains d’aéroport est en danger.

Aujourd’hui, dans tous les articles de presse, les mots suivants ne figurent nulle part : ni nuisances, ni environnement, ni développement durable ni riverains. Messieurs COLLOMB et QUEYRANNE se disent prêts à « taper le poing sur la table » s’il n’est pas question d’obtenir l’ouverture de nouvelles lignes. Mais nous aussi nous sommes prêts à « taper le poing sur la table » si tout se fait à notre insu, nous Riverains, on ne nous donne pas d’autres choix que de subir sans rien dire plus de bruit et surtout plus de bruit la nuit. Notre santé, notre cadre de vie valent plus que leurs profits.

L’association « PUSIGNAN CRIE » est adhérente au CORIAS (Comite des RIverains de l’Aéroport Saint Exupéry) qui regroupe 12 associations des villages actuellement les plus impactés. Le CRIE s’investit beaucoup dans le travail de ce collectif qui, depuis déjà plusieurs semaines a entrepris une action de sensibilisation des élus sur ce problème. Courriers et rencontres se succèdent. Nos efforts vont se porter aussi sur une information auprès de la population et une réunion publique devrait être programmée dans les meilleurs délais.

Sites favoris Tous les sites

15 sites référencés dans ce secteur