Caen Carpiquet - Une charte de l’environnement bafouée

, par  Dominique Lazarski

Compte rendu transmis par J.L. ESTIVAL, Président de l’ECU, membre titulaire de la commission Consultative de l’Environnement de l’Aéroport de CAEN CARPIQUET

Extrait du Compte rendu de l’Assemblée Générale Ordinaire (AGO) de l’ECU en date du 2 décembre 2015 texte adopté à l’unanimité des présents et des représentés.

Application des dispositions de la Charte de l’environnement de l’Aérodrome de CAEN CARPIQUET : Nuisances liées à la voltige.

En l’état, l’AGO de l’ECU constate que les demandes répétées et insistantes des habitants des communes riveraines de l’Aérodrome de CAEN CARPIQUET, et des Associations qui les représentent tendant à élargir les périodes d’interdiction des vols des appareils affectés à la voltige – notamment interdiction totale le dimanche – se sont heurtées jusqu’alors, à une fin de non recevoir. : Les périodes précitées restent irrémédiablement conformes à celles souhaitées par les pilotes lors de la rédaction de la Charte de l’environnement en 2009, à savoir pour l’essentiel 12 à 15 h les samedi, dimanche et jours fériés.

Le caractère évolutif de la Charte voulu pour le moins par les Associations, et en tout cas élément déterminant pour l’ ECU dans sa décision d’être signataire, est clairement mis en échec ; Il s’en est suivi une radicalisation de la revendication (cf pétition « halte à la voltige ») ; corrélativement l’accélération et l’évolution de l’urbanisation des communes riveraines induisent désormais une cohabitation impossible entre les habitants et de la voltige, cohabitation suggérée par les dispositions de la charte précitée sensée traiter les conséquences des écarts de comportement des pilotes génératrices de nuisances dont la réalité et la nature ne font pas de surcroît consensus.

Complémentairement, la liste et la nature des réclamations recevables c’est à dire exprimées à propos d’écarts constatés dans les créneaux horaires et journaliers évoqués ci-dessus traités de façon univoque par les services administratifs de l’Aéroport rend sans portée pratique le contrôle et l’action régulatrice des signataires et notamment de l’ECU : ses représentants au sein du Comité de suivi (émanation de la la Commission Consultative de l’Environnement CCE) ne sont pas en
mesure d’assurer le mandat délivré par l’Association.

En raison de ce qui précède, l’AGO de l’Association réunie le 2 décembre 2015 après avoir pris connaissance des remarques formulées par le délégant de la Délégation de service Public (DSP), à savoir, M. BRUNEAU, Président de CAEN la mer, les élus, les Maires des Communes riveraines* siégeant à la CCE sollicités par le Président de l’ECU, dans le cadre d’un mission d’explicitation préalable, décide à l’unanimité des présents et des représentés de mandater ses représentants pour :

  1. dénoncer la signature de l’ECU apposée sur la charte de l’environnement en 2009 et d’en contester l’usage et l’efficacité.
  1. de demander :
    • la mise en oeuvre des mesures environnementales énumérées dans la délégation de service public (DSP) actuellement en vigueur, notamment au regard ce qui a trait à la menée à bonne fin d’une étude acoustique non réalisée à ce jour.
    • La mise en place du procédé CALIPSO (classement des appareils en fonction du bruit produit) en faveur de tous les appareils basés
    • l’intégration de toutes dispositions environnementales en vigueur dans la prochaine DSP souscrite en 2016 et sa présentation préalable à sa mise en oeuvre à la CCE
    • la délocalisation de la voltige sur l’Aéroport de Falaise Monts d’Eraines.

Elle donne mandat au Président de l’Association d’user de tous les moyens qu’il jugera utiles (y compris la presse locale) afin de de donner à ces décisions la publicité nécessaire.

Le 5 décembre 2015

* A ce jour, M. MOURARET Conseil Régional, M. THOMAS, Conseil Départemental les représentants de CAEN la mer, M. JEANNE Adjoint au Maire de Mondeville et M. SERARD Maire de CARPIQUET n’ont pas estimé devoir déférer à notre demande d’entretien.